ARMOIRIAL DES FAMILLES NOBLES DE SAINT AMOUR

 _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1 TOPONYMES SURNOMS SOBRIQUETS

 Sauvegarder, au lieu de les soustraire, les divers compléments du nom c'est éclairer les filiations en aidant à différencier le fils du père, le cousin du neveu en homonymie.

1.1 Chaumont (Chappuis), Champagne (Pélapussins) ou Pérez (La Baume St Amour) . . . le Toponyme héréditaire souvent substitué au XVII° aux patronymes ne peut être escamoté sans préjudices. Egalement Vialet de la Tournelle, Bachelard dit Bourcia, Cachod de Martigna.

1.2 Plus personnel, parfois malicieux ou cruel, le Sobriquet: Le Jeune, Le Vieux, de Ville . . . s'insinue dans l'Etat-Civil officiel. Ex: Guillaume Prou de la Ville, Claude Domjean dit Collot, Claude Chaignon Le Jeune (de Chaignon)

1.3 Le Surnom mèle, aussi, l'un et l'autre, en rébus: "Collot -dit-de-la-Porte" par ex. rappelle l'origine de la Maison à la Portille de Bresse et la Herse de Cuiseaux à l'entrée de la Rue du Châtelet. Egalement Roddet dit Primage (branche ainée).

2 LES FAMILLES NOBLES

LAUBESPIN

 

 Les Sires de LAUBESPIN, branche de la Maison de Coligny, ont pour berceau le château à l'Est de Saint Amour. Fief tenu du XII° siècle au XV° par les de Laubespin, passé ensuite par Claude, fille de Claude dernier du nom par des alliances successives, à Jean de TOULONGEON (sans postérité) puis à Jean de DAMAS dont le petit-fils Jean vendit en 1548 Saint Amour à Philibert de LA BAUME.

La deuxième Maison de LAUBESPIN vient de l'alliance en 1588 de Léonel MOUCHET, à Poligny, avec Barbe de LAUBESPIN, dont il relèvera le nom, après avoir déjà repris celui de BATTEFORT, tenu de sa mère. Comte en 1649 par l'Espagne, Marquis contesté pour prix de son appui à la France.

L'ancien fief mouvait de la Baronnie d'Orgelet, le second n'en relève plus. Armoiries différentes.

Un Comté peut abriter 12 arrière-fiefs, Laubespin donne son nom à plusieurs familles de notables et les MARESCHAL de LAUBESPIN alias DE LA VAVRE alias MARECHAL SAINT-AMOUR sont les plus connus sur une longue période avec les COLLOD de CHANTEMERLE, et les BACHELARD dit BOURCIA, entre autres.

Armes: << A l'origine: arbrisseau tigé de cinq branches fleuries et feuillées (Voute de la Chapelle de Balanod ) puis d'azur au sautoir d'or, cantonné de quatre billettes de même (Eglise de l'Abbaye du Miroir) >>


 Armoiries des De Laubespin à l'Abbaye du Miroir

_____________________________________________________________________________________________

MARECHAL SAINCT-AMOUR Armes : << de gueules à la fasce d'argent voutée et abaissée surmontée de 3 trangles du même; parti de gueules à la fasce d'argent >>

________________________________________________________________________________________________

COLLOD DE CHANTEMERLE

 

 Les Collod de Chantemerle3  possédaient autrefois beaucoup de maisons Rue du Châtelet, la Tour du Châtelet et la Tour Gambard. Une maison près de la Porte de Bresse. Messire Jehan COLLOD DE CHANTEMERLE fonda une Confrèrie avec Prieur et Chapelains en 1505. Son Cartulaire est un véritable joyau de famille. Dans la saga des COLLOD, on trouve Messire Humbert COLLOD, Vicomte Mayeur de Saint-Amour, des Notaires Royaux, Jean-Philibert COLLOD fondateur du deuxième hôpital, l'Hôtel-Dieu, et son frère Jean-Louis COLLOD chanoine de l'église paroissiale et collégiale de Saint-Amour.

                                                        Armes : « d'azur à un cygne d'argent, en son col une couronne d'or »

________________________________________________________________________________________________

COLOMBET

 

Cette famille, de noblesse immémoriale, est célèbre par ses Titres et ses charges, Docteurs en Droit, Docteurs en Théologie, Principal du Collège de Bourgogne, Conseiller au Parlement. On distingue les COLOMBET DE CHATEAUVIEUX, les COLOMBET-FATON, les COLOMBET DU BOIS et les COLOMBET DIT COLLOD

Armes de Claude Dubois en 1698 : « de sable au chêne d'argent englanté de sinople »

Gamain COLOMBET vivait en 1496. Thévenet COLOMBET (°ca 1500-+ca 1562), notaire royal, époux de Guillemette VITTE, grand-père de Pierre COLOMBET, notaire, époux de Claudine BUNOD. Ces deux notaires ont dressé les Terriers de Saint-Amour, de 1545 et de 1613.

L'avocat Antoine COLOMBET fut une des gloires du barreau de Bourg. Il a publié en 1551, divers ouvrages forts estimés de son temps, notamment << Conciliatores super codicem et Colonia celtica lucrosa >>.

Guy COLOMBET (1632-1738), official de l'Archevêché de Lyon, termina curé de St Etienne en Forez. Son oncle Philibert COLOMBET (°ca1578-+ca1631), également official, premier doyen du Chapitre, a reconnu le testament de Guillaume de Saint-Amour.

Les Colombet ont laissé leur nom aux Granges Colombet, simples Maisons de Granges hors la Ville, mais très riches en dépendances avec singulièrement un Droit au Fourg (Douaire de la Veuve de Philibert Collod (1659/1694) Marianne Colombet).

________________________________________________________________________________________________

TRIBILLET

 

 Très ancienne famille de notaires, liant de belles alliances, avant d'acquérir des moines de Gigny la Seigneurie de Condal en 1693 (Gaspard TRIBILLET). La Seigneurie de Condal fut revendue aux de CHAIGNON en 1759 (Pierre de CHAIGNON). Denis-Melchior TRIBILLET fut Conseiller et Secrétaire au Parlement des Dombes en 1737. Messire René Philippe TRIBILLET, fut vicaire du Saint-Office de l'Inquisition, Curé de Coligny en 1631 et Chanoine de Saint Amour. Auparavant Aymard TRIBILLET, Nycolas TRIBILLET (+ ca 1590), son fils Claude TRIBILLET le Vieux, et son petit-fils Maximilien TRIBILLET (°ca 1570 - +1615) avaient été notaires royaux.

Cette dynastie de Cordonniers ( les "cordonniers" sont en fait des "maîtres tanneurs") débute par un Guillaume TRIBILLET le 9 juillet 1511, industrieux, désireux de fabriquer lui-même son tanin traitant les peaux avec les produits du Chêne comme venant aussi du châtaigner (imperméable, imputrescible). (Cf Acte d'Abergeage sur le bord du Souget par Mtre Guillaume Coloz de Saint Amour, coadjuteur du tabellion).

Armes de Melchior Tribillet:  << de sable à une tierce d'or >>

________________________________________________________________________________________________

DE BRANGES

 

 Les DE BRANGES de BOURCIA et de CIVRIA portent « d'azur à la fasce d'argent accompagnée de 3 besants d'or »

Les De Branges ont fait des pieds et des mains pour conquérir leur titre de noblesse.

De là, un important courrier des trois frères Claude Joseph, Guy Emmanuel et Gaspard Marie.

Gaspard Marie a fait valoir qu'il avait épousé Jeanne Charlotte de Seyturier de Pélagey, fille de noble Claude.

Guy Emmanuel qu'il était ancien garde du corps du Roy.

Claude Joseph qu'il était marié à Anne Louise de Lucinge, fille de noble Louis et de Laure Guertos de Châteauvieux !

Leur ancêtre Guy de Branges avait comme frères Philibert, Docteur en droit et Bailly d'Arinthod,  et Aimard. Ils ont fait valoir que Jean de Branges avait épousé Françoise de Vialet, fille de Gaspard de Vialet.

Pour leur venir en aide, j'ajouterai que dans le Testament célèbre de Guillaume de Saint-Amour, mort en 1272, est mentionné un Guy de Branges qu'il faut récompenser ! donc ils pouvaient arguer qu'ils étaient bien d'une vieille famille de Saint-Amour !

A contrario :

Humbert de Branges était costurier (couturier c-àd Tailleur-pour-Dames ! contrairement aux "Tailleurs-d'Habitz" spécialisés dans le vêtement de la gent masculine).

Les Branges pourraient être la seule famille à se trouver sans Blason Patrimonial suite à l'usurpation des Armoiries des Amoncourt (Sgrs de). Ils se seraient vêtus des Fiefs Vuillemenot par alliance (Bourcia et Civria).


Reconnaissance d'Humbert de Branges "couturier" le 10 Février1525 par devant Guillaume Vitte et Estienne Faton, notaires de Saint Amour

Egalement une Rente perpétuelle4 fondée par Messire Guy de Brange prêtre le 12 avril 1518, à Saint Amour, gagée sur une maison, proche des fossés, et mitoyenne des familles Gola (Hugonin):

. . .donné audit Saint Amour le douzième jour d'avril l'an mil cinq cent dix huit, presents: Maitre Antoine duvilard médecin, et nycolas du Pont, potier, témoins.

________________________________________________________________________________________________

LOUYS

 

 Les LOYS alias LOUYS sont représentés à Saint Amour dès le XV° siècle, sous le toponyme de leur fief de CURNIER alias CORNIER puis plus tard sous celui de LA GRIFFONIERE, seigneurs de Pirajoux. La maison de la CHARME s'étant éteinte, par une double alliance, chez les Loys de CORNIER de la GRIFFONIERE le nom fut relevé au XVII° par un des héritiers, Claude de la GRIFFONIERE dit de la CHARME. Ils avaient une chapelle dans l'église de Coligny.

Armes: << D'argent, au chevron de gueules chargé à la cime d'une étoile d'or >>

________________________________________________________________________________________________

BOQUET

 

 Les BOQUET de COURBOUZON.  Alias BOUQUET. Famille de Saint Amour, confirmée en noblesse par les Archiducs Albert et Isabelle le 17 mai 1607 pour Louis et Georges BOCQUET. Humbert et Gaspard BOCQUET frères en 1461. Seigneurs d'Escrille, Montmorot (en partie) et depuis 1638, par l'alliance Sachet aussi Seigneurs de Courbouzon et Chantrans. Dans cette famille des Marchands et des Apothicaires.

Armes : « d'azur à quatre quintefeuilles d'or 2 et 2 » alias 4 roses

________________________________________________________________________________________________

MERLE

Les MERLE réputés originaires de Chalamont, se réclament d'Hugues, chevalier en 1330. A Saint-Amour, avant un certain déclin, les MERLE ont donné neuf Chanoines dont deux Doyens du Chapitre, de nombreux échevins au XVII° notamment et une lignée de Notaires: Jean MERLE, Nicolas MERLE et Claude MERLE Notaire Royal.

Armes: << d'or à 3 merlettes de sable >>


________________________________________________________________________________________________

DU BOIS et DE NOBLENS

Les DU BOIS. Jehan du BOIS apparaît dans un " Traité et Accord portant Constitution de Rente fait entre les Echevins .  . de St Amour et Noble Homme Jean dubois escuyer dudit lieu". Acte du 26 Novembre 1529 de Mtre Tribillet sur parchemin. Cette rente est dûment cautionnée sur une sienne Maison assise au bourg . . . près de la Halle . . . en laquelle au présent il fait demeurance.

Armes: << de sable au chêne d'argent englandé d'or  >>

 

Anne de NOBLENS, première épouse de Philippe COLOMBET, Docteur en droit, Lieutenant au Siège d'Orgelet, devrait être apparentée à une branche de cette famille dite DU BOIS - COLOMBET. Anne de NOBLENS était la sœur de Philibert de NOBLENS, mort sans postérité, la fille de Claude de NOBLENS et de Laurence de BECEREL et la petite fille de Louis de NOBLENS qui mourût en 1569 après avoir testé. Anne de NOBLENS aurait épousé en premières noces un autre membre de la famille COLOMBET, d'où des frères et sœur utérins. La terre de NOBLENS se trouve à Villereversure (en Bresse Savoyarde). Fief de Chateauvieux.

________________________________________________________________________________________________

DE LA PLUME

 

 De la PLUME, vieille famille de notaires de Saint Amour. Guillaume de la PLUME 1 1467. Aymard de la PLUME fut prieur et religieux Augustin en 1558. Philibert de la PLUME prêtre (pbre) en 1525 habitait Place des fossés c-àd au croisement de la Rue des Terreaux et de la Rue du Châtelet, une maison anciennement à Amour de la PLUME située au voisinage de celle de Guillo FEVRE (FEBURE) notaire, abergée ensuite à Gyod CHAPUIS, Guy VIEUX notaire et au Docteur Jehan VIEUX, médecin.

Armes : « d'or à 3 aiglettes de sable, coupé de geules à 3 bâtons noueux alésés d'or, posé en pal 2 et 1 »

Extrait du Terrier de Nanc de 1442 montrant une Reconnaissance de Maitre Guillaume de la PLUME :

Reconnaissance de Guillaume de la Plume notaire de l'Aubespin parroisse de Saint-Amour

________________________________________________________________________________________________

VITTE

 

VITTE alias VITE. Famille de notaires royaux. Originaire de la Bresse Louhanaise Guillaume VITTE notaire en 1525 ainsi que son frère Pierre VITTE. Jean VITTE fut notaire royal et Substitut du Procureur d'Offices au Baillage X Elizabeth MAILLY. Un évêque est enterré à Cormoz. Nom donné aux Granges VITTE qui furent possession des Visitandines.

Armes : « d'azur au sautoir d'or accompagné en chef d'un croisant d'argent »

________________________________________________________________________________________________

DE PELAPUSSINS

 

 Vieille famille implantée à Saint Amour. Claude Pierre de PELAPUSSINS, écuyer; sa veuve est Claudine Du Bois Colombet, le 24 Juin 1675. Les Pélapussins sont des Seigneurs de Champagne.  Champagne est un sobriquet propre aux Pélapussins depuis l'alliance, en 1513, de Guillaume avec Léonarde de Dortans, Dame de Champagne, en Comté. Les Pélapussins sont en cognation avec les La Baume par ascendance commune La Teyssonnière.

Armes: << de gueules, à une fleur de lys d'or >>

________________________________________________________________________________________________

BERNARD DE DOMSURE ET BERNARD DE PELAGEY

 

 Ecusson des BERNARD de DOMSURE et des BERNARD de PELAGEY visibles dans les vitraux de l'Eglise de Bény.

Armes : « d'azur au chevron d'or accompagné en chef de 2 étoiles d'argent et en pointe d'un croissant de même »

________________________________________________________________________________________________

FEVRE FEBURE

 FEVRE alias FEBVRE, FEBURE. Famille Noble originaire de la région d'Arinthod, représentée à Saint-Amour par Claude, Amour, Pernet et Guy FEVRE alias FEBURE, frères, anoblis par Lettre Patente, en 1517 (cf Archives du Nord B2252), comptant des ecclésiastiques et ,sans déroger, d'opulents négociants locaux dans les métiers du cuir. Noble Jehan FEVRE, chamoytier, fils d'Humbert. Fondation par les FEBURE de la Chapelle Saint Eloy dans l'Eglise de Saint-Amour. Pernet FEVRE, fils de feu Guy FEVRE  et de demoiselle Philiberte de Chatillon, achète la Seigneurie de Saint Sulpice 2 le 4 Aout 1539

Les FEVRE sont écuyers, Sieurs de la Tournelle. Ils reprennent le fief de la Tournelle de la Paroisse de Pirajoux. Entre temps ce fief sera passé aux GROBOS, MOREL et de CORBAISON.

Armes : << D'or au chevron de gueules accompagné de trois coquilles du même >> alias << D'argent à 2 chevrons de gueules accompagné de 3 coquilles de sable >>

________________________________________________________________________________________________

BUNOD

(Noble Jean BUNOD), un Pierre BUNOD serait apparenté aux de MONTESSUS  et de PALME, seigneurs de Vincelles

________________________________________________________________________________________________

DEMONCEL

Les DEMONCEL (de Montceau) sont des LAURENT, comme on peut le voir dans le Terrier de Saint Vincent de Macon de 1525. (Ref 90: Jehannet LAURENT als de moncel. Ref 92: Jehan DES MONCELS le jeusne fils de feu Jehan des moncels suite à la reconnaissance de Humbert de Bollieu (Beaulieu)). Demoncel est donc un surnom héréditaire. Guillaume (Guillo !) DEMONCEL était menuisier à Saint Amour. Il a souscrit le 10 juin 1618 une rente pour la Confrérie de Saint Séverin chez le Notaire Jehan MERLE. Robin DEMONCEL achète une terre au Chastelet en 1456 pour 6 florins.

________________________________________________________________________________________________

DON

Seigneurs de VALFIN et HAUTECOURT. Les DON apparaissent avec Jehan DON de SAINCT AMOUR, notaire en 1525. Un de ses fils Guillaume DON, notaire en 1529. Des Echevins: Jehan DON Capitaine de St Amour (/1617), Philibert DON Docteur en Droit (/1660/1686). Des Ecclésiastiques: Jehan DON et Philibert son neveu 1529. Puis enfin des chamoytiers et des taincturiers.

Armes: << d'azur à 3 fasces d'or >>

________________________________________________________________________________________________

VIEUX

Armes: << D'azur à 3 lions d'or >>

________________________________________________________________________________________________

PELLOT

Pellot et/ou Pillot/Pillet: Vieille famille de notaires royaux de Saint Amour. On connait Samuel Pillot notaire, Pierre Pillot notaire public juré et coadjuteur des tabellions du baillage d'Aval en Comté de Bourgogne en 1573, 1582,  marié à Claude Bocquet de Courbouzon.

Armes:<< De sable à la tierce d'or >>


________________________________________________________________________________________________

TISSOT



Cette famille noble est présente à Saint Amour avec Claude Tissot de Pontarlier, écuyer, capitaine au chateau et maison forte du Pin, époux de Pernette Abry5, relicte de feu Claude Tribillet le Jeune vivant bourgeois et greffier de Saint Amour Notaire. Leur caveau figure dans la Tibériade de l'église de Saint Amour.

________________________________________________________________________________________________

BOLOMIER



Famille noble de temps immémorial, tenant fief déjà en 1300. Exceptionnelle filation depuis 1360 à partir de Guillaume de Bolomier, damoiseau. Connue à Saint Amour et représentée par Maitre Philibert Bolomier, notaire impérial. Ils seraient issus de la noble et ancienne famille des Fabiens Romains.

Armes: << de gueules à un pal d'argent >>

______________________________________     SEIGNEURS DE SAINT AMOUR

SALINS-NARBONNE


________________________________________________________________________________________________

SALINS-VIENNE


________________________________________________________________________________________________

DE LAUBESPIN
cf début
________________________________________________________________________________________________

DE TOULONGEON


Les Toulongeon alias Toulonjon, connus à Saint Amour sous le vocable éliptique de Gauvain als Gavain (cf parchemin du notaire Vitte du 17 Août 1491 avec Pierre Gavain écuyer), donnèrent à Saint-Amour sa troisième et ephémère Maison Suzeraine par alliance de Jean III de Toulongeon avec Claudine de Laubespin, ultime héritière de l'antique branche, sans postérité, tenant la Seigneurie depuis le XII° siècle.

Malgré la profusion de dignités exceptionnelles (Chevalier de la Toison d'or, Maréchal . . . de Bourgogne, Chambellan ou Echanson des Ducs . .), les Toulongeon durent attendre le Second Empire avant d'acquérir un titre de Marquis. On note avec intérêt, l'existence à la fin du XVI° siècle d'un Gaspard de Toulongeon,  Seigneur de Valfin et de Montagna (se le Templier).

Armes:<< De gueules à 3 jumelles d'argent >>

________________________________________________________________________________________________

DAMAS

Saluons les DAMAS, vrais nobles et chevaliers croisés pendant 7 siècles, représentés à Saint Amour par Jean DAMAS qui épousa en 1464 Claudine de Laubespin, veuve de Jean de Toulongeon et fille de Claude, Seigneur de Saint Amour et de Châteauneuf, Chevalier & de Marguerite de Tournon. Abandonnant le parti de Marie de Bourgogne pour se retirer au service de la France, il fut rayé du titre de Chevalier de la Toison d'Or par l'Archiduc Maximilien et considéré comme félon !

On retrouve cet écusson de la famille de Damas dans la statue de la Chapelle de la Vierge de l'Eglise de Saint-Amour

Armes: << D'or à une croix ancrée de gueules >>

________________________________________________________________________________________________

DE LA BAUME-SAINCT-AMOUR


Armes: << D'or à la bande d'Azur Cimier un Cygne d'argent Supports deux Griffons d'or >>

Les La Baume, vrais Seigneurs-Comtes, usaient, en toute modestie, le plus souvent de leurs seuls sobriquets: Perès, Corgenon ou Poupet et Mortelet .

________________________________________________________________________________________________

Rappelons la succession des Seigneurs de Saint Amour:

SALINS-NARBONNE (927-1175), SALINS-VIENNE (1175-1258), DE LAUBESPIN (1258-1452), DE TOULONGEON (1452-1464), DAMAS (1464-1548), DE LA BEAUME (1548-1770), DE CHOISEUL le dernier, guillotiné en 1793 ! (1770-1789)


NOTES
  1. Réf: 6 Mai 1467 245E AD39
  2. Réf: N°27 44J AD71 La vente est faite par noble dame Claude de Vienne, dame usufruitiaire de Chambéria Montadroit et de St Sulpis, veuve de feu noble Humbert de Bynant Seigneur du lieu.
  3. On trouve dans des Chartes (18 Déc 1555 Cartulaire Collod) et dans le Terrier de Saint Vincent de Macon (1525) des Domp Jehan afs (autrefois)  Collod, des Dompt Jehan di Collod, Seigneurs d'Hautecourt, Valfin, Genos, etc . .. ce qui laisse supposer que le Patronyme Collod pourrait être un surnom devenu nom. Le rapprochement de Collod et Collet (franco provençal) pourrait provenir à l'origine d'un Nicolas . . . Simple supposition de ma part . . .
  4. Traité fait audit Humbert de Branges par Philibert Vieux, Thaurin Colombet, et Paul Vitte, notaires. (Source Cartulaire des Collod de Chantemerle, Folios 37 à 38)
  5. Réf: AD39 Mtre Cl Colombet 4E9558 30 Novembre 1604 et 4E9561 11 Août 1615 ainsi que 4E9557 Traité de X du 22 Juillet 1599


Accueil