ANDREE MEGARD


Madame Andrée Mégard

Au début du 20éme siècle, de nombreux artistes lyriques ont illustré la ville de Saint-Amour. Parmi ceux-ci, non seulement une cantatrice renommée, Jane Hatto (Melle Frère), mais encore une brillante étoile du Théâtre de la Renaissance en la personne d'Andrée Mégard (Melle Alexandrine Chamonal).

Andrée Mégard s'est notamment faite très applaudir dans une comédie, l'Ecolière, de Jean Jullien, sur les planches parisiennes. On trouve dans l'Echo de Saint-Amour 1, les appréciations de quelques critiques de l'époque:

Le Temps:

<< l'Ecolière, c'est une institutrice, savante de science livresque, ignorante de la vie. Elle croyait pouvoir gagner honnêtement son pain. Elle n'avait pas pensé qu'elle serait en butte aux obsessions déshonnêtes des notables de la ville. Elle lutte, résiste et finit par être réduite à donner sa démission. >>

<< Mademoiselle Andrée Mégard et Monsieur Gémier sont les remarquables protagonistes de cette œuvre qui a été dans l'ensemble fort bien jouée. >>

La Fronde:

<< L'interprétation de l'Ecolière touche à la perfection. Mlle Mégard porte avec une vaillance superbe le rôle écrasant de Noémie. >>

Le Petit journal:

<< Mlle Mégard a mené son rôle jusqu'au bout sans faiblir. Plus d'une fois, on l'a acclamée comme elle le méritait. >>

Andrée Mégard a publié ses souvenirs de comédienne dans un ouvrage << Et l'on revient toujours . . >> 2 sous-entendu à Saint-Amour, en 1932. On y apprend qu'elle était née dans une ferme à Saint-Amour, <<joli nom, n'est-ce pas ? et chef-lieu de canton, s'il vous plaît ! >>. Sa mère était une Mégard et son père un Chamonal. Elle avait repris le nom de sa grand-mère qu'elle aimait beaucoup. Ils louèrent ensuite une maison à la Maladière puis achetèrent une petite maison, rue Traversière, qui devint la Maison Bleue. Elle raconte que, lorsqu'elle était tout enfant et qu'elle avait commis quelque méfait, on lui disait: << Si tu ne veux pas être sage, on t'enfermera dans la Tour Guillaume ! >>3. Andrée Mégard fréquenta l'Ecole des Annonciades ensuite et le catéchisme ou deux élèves partageaient sans le savoir son admiration passagère. << L'un s'appelait Léon Matthey; il était le fils de l'horloger; l'autre, Louis Marchand appartenait à la petite bourgeoisie >>. Léon Matthey la revit, cinquante ans plus tard. A ce moment, sa femme, qui connaissait l'histoire, dit à Andrée Mégard: << Embrassez le ! >>.

La maison bleue d'Andrée Mégard, rue Traversière

Après un emploi aux Magasins du Printemps, elle se mit à faire du théâtre. Sa vocation lui fut révélée le jour où elle vit jouer Sarah Bernhardt. Elle eût son premier engagement au théâtre du Parc, à Bruxelles, revint à Paris et devait faire la plus grande partie de sa carrière dans les théâtres de boulevard: la Renaissance, le Gymnase où elle connut Firmin Gémier et l'épousa. Ses créations les plus importantes furent << Zara >>, << Le fauteuil 47 >>, << Cyrano de Bergerac >>. Gémier a monté différentes pièces dans différentes salles à Paris, au Théâtre du Gymnase, au Théâtre Antoine et au Théâtre de l'Odéon. Avec Gémier à l'Odéon, elle joua notamment: << La rabouilleuse >> et << le revers >> qui marqua le terme d'une carrière fertile en succès. A la fin de sa vie, on la voyait sur sa terrasse, à Saint-Amour, près de son jardin dont s'occupait Monsieur Perrot et où elle élevait des poules et des lapins et toute sorte d'animaux. Elle recevait dans sa maison toute sorte d'acteurs dont Lucienne Bréval. Saint-Amour était alors un rendez-vous d'artistes.

Andrée Mégard4 et Firmin Gémier sont enterrés dans le cimetière de Saint-Amour.

Madame Jane Hatto, née Jane Frère, dans Faust à l'Opéra

Saint-Amour, Mars 2000

 
NOTES
  1. << L'Écho de Saint-Amour »,journal politique, agricole et commercial, paraissant le premier et le troisième Samedi de chaque mois, au prix de cinq centimes, en 1904.
  2. Publié par la Société Française d'Editions littéraires et Techniques . 12, rue Hautefeuille. Paris (6éme)
  3. Elle déclare aussi que cette tour, épaisse, ronde, coiffée d'un toit pointu de vieilles tuiles et prise dans les murs énormes de l'ancienne enceinte fortifiée, a un aspect terrible et joue le rôle d'épouvantail !
  4. Une foule nombreuse et émue l'accompagna à sa dernière demeure où le maire de Saint-Amour, le docteur Baudry, lui adressa un dernier adieu.

Accueil   / biographies