LE COUVENT DES ANNONCIADES

_______________________________________________________________________________________________________

Le Couvent des Annonciades

L'Ordre des Annonciades fut fondé à Gênes, en Italie, par Marie Victoire Fornari, née en 1562. C'est en Août 1604 que la pieuse femme fit approuver son desein de créer un ordre nouveau qu'on voulut un moment unir à celui des Carmélites. Elle en fut la première prieure et mourut le 15 décembre 1617.

Les religieuses devaient être cloitrées rester vouées uniquement à la contemplation. Elles devaient remercier Dieu par des méditations et des prières incessantes et honorer la Vierge Marie au jour de l'Annonciation. Toutes les sœurs prenaient le prénom de Marie au moment de leurs vœux. Elles étaient vêtues d'une robe blanche, d'un voile blanc, d'un scapulaire et d'un manteau bleu. Ceinture et chaussures étaient bleues << pour leur faire souvenir que leurs affections devaient être célestes et non terrestres >>. On les appelait d'ailleurs Annonciades célestes.

La fondation du Monastère de Saint-Amour est due au Père Parandier , de la Compagnie de Jésus. Il vint prêcher le Carême en 1620, rencontra le docteur Chapuis et sa femme, s'assura de la bonne volonté de l'Archevêque de Lyon. Mais il lui fallait aussi l'autorisation du Comte de Saint-Amour, Jacques Nicolas de la Baume 1.

Le Comte de Saint-Amour désirait bien qu'il y eut des religieuses dans sa ville. Le frère Philibert, compagnon du Père Parandier, ajoutait qu'i y avait beaucoup de filles très propres à y entrer. Notamment une, Hélène Faug, fille du notaire royal Jean Faug et de Claudine Colombet. Finalement, le monastère fut créé.

Il fut ensuite transformé en école primaire privée, avec une école maternelle où de nombreuses générations de saint-amourains sont allés.

Sur une vaste cheminée de pierre située au rez-de-chaussée, on peut lire cette inscription: << Dans l'inégalité des choses de ce monde qui se tient dans ce cœur trouve une paix profonde >>.

A l'entrée de la Rue des Terreaux, sur le mur de clôture, on peut voir une pierre avec ces mots << Servituti non aperta, 1666 >>


Pendant les guerres entre la France et l'Espagne de 1636, les Religieuses Annonciades Célestes furent obligées de s'expatrier à Lyon. Protégées par l'Archevêque de Lyon pendant vingt ans, le 5 Décembre 1656, Mgr Camille de Neuville les autorisaient à se réinstaller dans leur Monastère à Saint Amour. Elles devaient simplement veiller à avoir un confesseur.

  

Mandement de Mgr Camille de Neuville autorisant le retour des Annonciades à Saint Amour

De retour à Saint Amour, les Annonciades demandèrent un protection aux Français qui leur fut accordée par le Duc de Noailles, Pair de France, Commandant des troupes du Roi.


_______________________________________________________________________________________________________

NOTES

  1. Jacques Nicolas de la Baume est né à Saint-Amour le 16 janvier 1603. Fils d'Emmanuel Philibert de la Baume et d'Hélène Perrenot de Granvelle, nièce du Cardinal ministre de Charles-Quint et de Philippe II. Il se couvrit de gloire à la bataille de Lens où il commandait l'infanterie espagnole et vécut jusqu'en 1655. Sa femme, Marie de Porcellet de Maillanes, eut une conduite héroïque lors du siège de la ville par les Français en 1637.


_______________________________________________________________________________________________________





_______________________________________________________________________________________________________

Accueil