BIOGRAPHIE DE CLAUDE CHAPPUIS


  Docteur Claude Chappuis (ou Chapuis)1, Fondateur du Chapitre de Saint Amour et du Couvent des Capucins. Il était le fils de Jean Chappuis et de Jeanne Degland. Epoux de Jeanne Bouquet (Bocquet de Courbouzon). Il demeurait proche de l'église, au-dessus de la rue de Bresse actuelle, je crois, au coin de l'impasse des Fours Bannaux 2.
Célèbre chirurgien. Toutes les Oeuvres charitables, les couvents surtout, avaient Claude Chappuis et Jeanne Bouquet comme fondateurs ou insignes bienfaiteurs. A la maison des Capucins, ils offrirent en particulier un beau tabernacle qu'ils firent venir de Milan, ils élevèrent à leurs frais la bibliothèque au-dessus du choeur, achetèrent la grosse horloge, se procurèrent à Lyon, en Provence et ailleurs des graines et des replants pour le jardin et le verger. Le chirrurgien Chappuis répétait volontiers qu'à mesure qu'il donnait aux bonnes oeuvres,  il lui venait des << pratiques et des cures lucratives >>. Enfin, affirmait-il, si par malheur ou accident, le Couvent des Capucins venait à être détruit, il le reconstruirait depuis les fondations. On sait qu'il mourût le 13 Juin 1641 à Verjon, où il s'était retiré après 1637, et que son corps, revêtu de la bure des Tertiaires de Saint François, fut apporté au Couvent de Saint Amour et déposé dans le sépulcre des Religieux. Il devait en être de même de sa femme décédée l'année suivante au château de Cressia, sur la fin de Novembre.
En mourant, le docteur Chappuis avait légué son portrait et sa bibliothèque aux Capucins. En quittant leur Couvent lors de la Révolution, les Religieux donnèrent le portrait au docteur Curnillon, leur médecin. Leur bibliothèque qui avait été vendue à un épicier fut rachetée par le docteur Gauthier.
La famille noble des Chappuis dit Chaumont est originaire de Pommiers en Forez (et non d'Orgelet comme on le lit parfois) Elle prédomine du Lyonnais à la Franche-Comté. Elle porte " d'az.àla fasce d'or acc. de 3 roses du m". Après son mariage avec Anne Bouquet, déjà Seigneurs de Montmorot en partie, comme d'Escrille en totalité, dans les suites de l'union Sachet, en 1638, la Terre de Courbouzon et celle de Chantrans leurs échurent.

NOTES
  1. Chappuis dans le Terrier de 1613
  2. D'après Maurice Perrod SEJ 1936 p 67


 Accueil   / biographies