LES CONFRERIES DE SAINT AMOUR



A l'instar des Guildes, Jurandes, et autres associations corporatives, les Confréries rythmaient la vie des grandes cités Comtoises avec Bannières au vent, leurs fêtes carillonnées.

Ces associations pieuses et charitables de clercs et de citoyens assemblés par une même motivation se plaçaient sous le vocable d'un Saint Patron.

Une partie du rôle des Confréries renait de nos jours dans les Equipes d'Animation Paroissiales, et dans des Associations Locales (Pompiers, Anciens Combattants, Repas des Vieux)

Certaines de ces sociétés existant depuis des temps immémoriaux, apparaissent, s'éclipsent pour un temps, ou s'effacent à tout jamais à Saint Amour.

LES FONDATIONS de PIETE
Besoins Religieux et omniprésence du Clergé (1er Etat préséant)
Libération des "Ames du Purgatoire" . Brevet de Salut éternel.
Assurance d'un enterrement solennel, de Prières et Messes posthumes, statutaires.
Vanité et affirmation de "standing" social, ruineuses parfois pour les héritiers.
Mobile latent: monopole du Casuel aux dépens du Clergé.
Vivre et mourir Catholique. Pratiquer les Sacrements, le Chapelet, la Prière.
S'interdire le Jeu, le Cabaret, la débauche, le Blasphème.
Respecter les fêtes Liturgiques d'obligation.
A la fête votive en la Chapelle Ecclésiale, collectivement.
Aux Messes de Mémoire et aux obsèques d'un Membre assisté dans son agonie.
Aux processions dans l'Eglise; rarement à l'extérieur avec Bannières.
Visites aux Pauvres, aux malades, aux victimes des guerres, des épidémies (peste, choléra) notamment pour les Confrères rescapés et seuls.
Aux éventuels Repas communautaires. Quelquefois Tenue spéciale "sac" ou scapulaire.

Eau bénite, Agenouillements, Bénédictions, Luminaires, Clochettes, Révérences.

LES FONDATIONS de METIERS

Leur autonomie (relative) fait ombrage au Clergé, mais leurs Rites et les Obligations sont moins contraignants.
En l'absence de Guildes ou Jurandes Corporatives, il faut abriter les "Maîtrises", vérifier les Riches Marchands et leur monopole lucratif du Change des Monnaies d'une grande disparité (Française, Estevenante 1, Bourguignonne, Savoyarde, Suisse . . .).
Ces Corporations, à l'antique renom (depuis Charlemagne), sont puissantes et, de temps en temps, riches et dynamiques.
Elles peuvent se voir attribuer une Chapelle (des Cordonniers) dans l'Eglise, nommer un prieur, un comptable.

A Saint Amour, les Associations Professionnelles perdurent par nécessité; les Fondations Pieuses s'effacent, souvent au décès de l'ecclésiastique promoteur dont la Chapelle Votive va . . . aussitôt se trouver attribuée ! C'est le cas de la Confrérie éphémère de Saint Eloy disparue au décès de Philibert de La Plume son fondateur.

 LES CONFRERIES

UNE CHAPELLE HEREDITAIRE

NOTES

  1. De St. Etienne, Frappe épiscopale Bisontine.
  2. ( o = e ) en Franco Provençal.
  3.  21 HP 10 ADJ
  4. Sources (Terrier de Saint Vincent de Mâcon 1525 : Analyse de Robert Faverge (ADJ- Série J), Cartulaire Collod de Chantemerle)
  5. Jean-Louis et Jean-Philibert Collod de Chantemerle, deux grands mécènes de la Collégiale et de la Maison-Dieu de Saint Amour.
  6. Chantemerle: éponyme devenu patronyme à Saint Amour.


ACCUEIL