A PROPOS DES ORIGINES DE LA SEIGNEURERIE DE DOMSURE


LES ORIGINES DE LA SEIGNEURERIE DE DOMSURE

Pour comprendre les origines de la seigneurerie de Domsure nous allons nous référer à l'acte de prise de possession de la Seigneurerie de Dompseurre1 en 1741:

<< L'an mil sept cent quarante un et le vingt septième jour du mois de novembre avant midi , par devant le notaire royal soussigné, en présence des témoins cy-après nommés, se sont personnellement établi Dame Jeanne Catherine Lebœuf, veuve de Sieur Joseph Bernard , ancien maire de la ville de Saint-Amour, et de son authorité vouloir et consentement, Messires Amour et Jacques Philippe Bernard ses fils, tous deux Avocats au Parlement, lesquels en suite de l'acquisition qu'a fait ledit Sieur Joseph Bernard de la Seigneurerie et autre justice de la paroisse de Dompseurre de haut et puissant Seigneur messire Louis Celard de Cremeaux, chevalier marquis d'Enragues, de Saint Trivier et dudit Cremeaux, Seigneur Duplessis et autres lieux, maître de camp de dragons, demeurant à Paris, par aise de messieurs Cassinot et Toupet, conseillers du Roy et notaires au Châtelet de Paris, le dix sept novembre mil sept cent trente neuf, dûment icelle ledit jour audit lieu et insignié au bureau de Treffort 2 le premier février mil sept cent quarante par Boureyron au Roi, laquelle Dame et Messieurs ont requis Messire Ignace François Moreaux, prêtre et curé dudit Dompseurre, de vouloir bien les mettre en possession de ladite Seigneurerie et revenus en dépendant au devant de la grande porte de l'église dudit lieu de Dompseurre. A quoi devant ledit Sieur Moreaux en prise de leur constat d'acquisition que ladite Dame Lebœuf tenait entre ses mains et iceluy venir entre les mains dudit notaire pour en faire leur cure, laquelle fait à haute et intelligible voix et en diction française lecture, puis ledit Sieur Moreaux aurait pris ladite dame et messieurs ses fils par la main, lesquels il aurait fait entrer dans l'église et après la grande porte d'icelle où, étant entrés, il leur aurait présenté de l'eau bénite avec l'aspersoir et ensuite les aurait présentés au grand autel et au devant d'iceluy se seraient ensemblement mis à genoux et ayant rendu grâce à Dieu ledit Sieur Moreaux aurait chanté le Veni Creator et ensuite, devant la présence des principaux et la majeure partie des habitants dudit Dompseurre, et des témoins cy-après nommés, ledit Sieur Moreaux aurait déclaré à haute voix qu'il mettait en possession de la Seigneurerie de Dompseurre ladite Dame Lebœuf et lesdits Amour et Philippe Bernard ses fils, biens et revenus en dépendant, cy-dessus énoncés, dont ladite Dame Lebœuf et lesdits Sieurs Bernard ses fils ont requis au notaire soussigné ce que je leur ai octroyé pour servir et vouloir comme de raison.

Fait et passé au devant de la grande porte de ladite église desdits lieux en présence de Benoist Desbordes, Benoist Morel, Pierre Michel, autre Pierre Michel, Antoine Michel, Claude Mégard, Joseph Burignon, Claude Jacquet, Denis Michel, Claude Michel, autre Claude Michel, Jean Baptiste Serigot, André et Joseph Michel, Jean Lachard, Jean, Denis, Joseph, autre Joseph et Benoist Putet, François Bouvier, Joseph Gavan, Claude Girard, André, Denis, et Benoist Michel, François Moiroud, Joseph Deniot, Jean Claude Daujat, Benoist Burigniat, Joseph Daujat, Pierre Fléchon, Jacques Michel et autre Jean Michel, et Jean Ranier ?, tous habitants et représentant la majeure partie dudit Dompseurre et de messires Alexandre Joseph Merle, Claude Amour Morel, Jean François Don de Genoz, Benoist Dufour prestre chanoine de l'église collégiale de Saint-Amour, Messire George Joseph Bernard prestre familier audit lieu, Joseph François Eleonor Gaillard, Joseph Cancalon, Avocats au Parlement, Joseph Conche aussy avocat, Christophe Joseph Coste3 , noble Michel Pelissonier, Jacques Bernard Merle, Pierre ? et Sieur Jean Louis Joseph Menier, témoins requis qui ont signé avec les parties et non lesdits habitants pour être illettrés ainsy qu'ils me l'ont déclaré de ce enquis sauf lesdits Benoist Morel7, Jacquet Denis, Michel Burignat et Pierre Fléchon . >> 4

LES ORIGINES DE LA FAMILLE DE DOMSURE A ONOZ

Le 29 juin 1674, un certain Henry Bernard d'Onoz, marchand drapier5 , fils de Benoit Bernard et de Clauda Bon, mariés d'Onoz, a établi un contrat de mariage6 devant Maître Jean Coste le père, notaire royal à Saint-Amour, avec Claudine de Roche, fille de Jean de Roche et de feue Anthoinette Rebour, mariés de Moirans, résidant à Saint-Amour.

Claudine de Roche était émancipée de son père. Ledit Henry Bernard devait partager l'héritage de son père à moitié avec Guillaume Bernard son frère après son décès.

Ces Bernard, simples marchands drapiers à l'origine, ont donc acheté la seigneurerie de Domsure (Dompseurre à l'époque) et se sont ensuite qualifiés de Seigneurs de Domsure. La famille Bernard ajoutait les noms de deux fiefs qu'elle possédait en Bresse. On connaît ainsi les Bernard de Dompsure et les Bernard de Pélagey. Ces riches marchands ont ensuite acheté leurs titres de noblesse. La branche des Bernard de Dompsure a ainsi reçu des lettres d'anoblissement de Louis XVIII, le 27 janvier 1816. On peut voir les armoiries de la branche de Pélagey dans les superbes vitraux de l'église de Bény. Eplucher les pommes de terre se dit en patois bressan <<pelacher>>, enlever la peau. Ce qui a donné son nom au domaine de Pelagey. La ferme de Pelagey a abrité des prêtres non jureurs pendant la Révolution.

Saint-Amour, Octobre 1999


NOTES
  1. Autrefois Donceres (1250 d'après un pouillé de Lyon) et orthographié Dompseurre par Maître Cabuchet, Notaire Royal à Domsure de 1720 à 1769. Le nom du village viendrait d'une déformation de Saint-Théodore, patron de la paroisse, en Saint-Isidore et aurait donné domus isidorius c'est-à-dire Domsure.
  2. L'enregistrement des Actes notariés de Domsure à cette époque relevait du bureau de Treffort. Notons que les deux hameaux du Villard de Domsure se sont appelés au 16ème siècle: Villard-Treffort et Villard du Ruaz.
  3. Christophe Joseph Coste, Notaire Royal à Saint-Amour, de 1727 à 1758, fils de Jean Coste le fils, Notaire Royal, président des Gabelles.
  4. Archives départementales de l'Ain
  5. BMS Saint Amour 1680
  6. Archives départementales du Jura. Date de l'Acte: 26/06/1674
  7. Habitant du hameau de la Richardière dont le nom provient sans doute d'une famille puisque le 5 juillet 1520 a eu lieu une reconnaissance d'Amour, fils d'Anthoine, fils de deffunt Pernot Richardier de la Richardière, àl'instance et réquisition de Calixte Bernard, bourgeois de Treffort, du diocèse de Lyon (Réf : 4J17 ADSL).

Accueil / généalogie