L'ÉGLISE DE SAINT-AMOUR ET SES CHAPELLES AU XVIIe SIECLE


L'église de Saint-Amour est dédiée à Saint-Amour et à Saint-Viateur. Le 21 Septembre 1613, l'Archevêque de Lyon, Monseigneur Denis Simon de Marquemont, en fit une description 1, lors de l'une de ses visites pastorales, en ces termes:

« Led 2 . jour au matin nous avons célébré les saincts ordres en l'église des Augustins 3 dud. St-Amour, y célébrant la ste messe et, après le disner, continuant nostre visite 4 , nous avons confirmé le peuple en l'église parrochialle dud. St-Amour, qui y estoit en grand nombre, et visité les chappelles d'icelle nommément:

La chappelle de Nostre-Dame de lad. église parrochialle dud. St-Amour, qui est au premier pilier après le choeur de lad. église, du costé du midy, de laquelle est (patron) les sieurs de Noblens, n'y ayant aucun prébendier particulier; le revenu consiste en cinq livres pour une grande messe qui s'y dit toutes les dimenches par les familiers. Il y a seulement un parement d'aultel au devant faict en lassy, avec un tableau.

La chappelle Nostre-Dame et St-Eloy qui est au pilier suivant, de laquelle sont patrons les Fèvre 5, dud. St-Amour, pour une prébende 6 de laquelle est pourveu messire Pierre Michault, curé de St-Pierre, de Lyon; le revenu consistant en la moitié d'une maison size aud. St-Amour, près l'église, en soixante hommées de vigne qui sont en diverses parcelles situées aux vignobles dud. St-Amour et Cessia 7 et en quelques prez et chenevières 8 situez aussy autour dud. St-Amour, qu'on ne peut spécifier; et pour une prébende qui est du patronage des Mercier et en est pourveu messire Guyon Very, qui nous a exhibé sa provision, pour laquelle tient de revenu la moitié de la susd. maison et doibt une messe tous les vendredy, et pour l'aultre prébende il y a messe tous les jours de la sepmaine. L'aultel est revestu et orné des images Nostre-Dame, St Laurent, St Pierre, St Eloy et d'un crucifix. Il n'y a qu'une nappe pour tout ornements, ny habits.

La chappelle St-Nycolas est au 3e pilier dud. costé de midy; il n'y a patron aucun sinon que les Tribillet, dud. St-Amour, se l'attribuent sans pouvoir monstrer tiltre aucun. Il y a néantmoins cinq livres de revenu pour une messe à haulte voix et à diacre et soubz diacre que les vénérables familiers 9 dud. lieu doibvent dire en icelle tous les mardy; l'aultel n'est sacré; sur iceluy sont les images de St Nycolas et St Françoys, elle est sans habits et ornemens.

La chappelle Ste-Catherine, qui est au pilier suivant dud. costé du midy, de laquelle est patron honneste Claude Boquet, dud. St-Amour, qui nous a dict avoir toujours possédé lad. chappelle de toute ancienneté, les tiltres de laquelle ont mrs les familiers de lad. église qui font le service, qu'est d'une grande messe qui s'y dit tous les vendredy et d'une petite messe qui s'y célèbre tous les sambedy, pour le revenu d'une pension de sept livres, outre une aultre fondation, faicte par feu messire Loys Boquet, qu'est de vingt livres annuelles au profit desd. sieurs familiers, pour dire une grande messe des morts tous les lundy. Il n'y a aucuns ornemens sinon de la familiarité. En icelle sont les images en bosse de Ste Barbe, Ste Catherine et St Claude.

La chappelle de Nostre-Dame du costé de bize du choeur de lad. église, de laquelle sont patrons les hoirs 10 Thomassin, pour une prébende, de laquelle est pourveu messire Philibert Colombet 11 , le revenu de laquelle est de sept ou huict francs et le service de lad. prébende est d'une messe hebdomadale, et pour une aultre prébende est prébendier René Tribilliet, pour laquelle il tire la pension de sept vingt livres de principal; on n'en sçait le patron de lad. prébende; il y a parement d'aultel de velours figuré et deux carreaux de mesme estoffe, avec deux chandeliers et plusieurs belles images au-dessus.

La chappelle St-Hierosme, qui est au dessoubz du choeur de lad. église, possédée par les Masson, de laquelle le revenu qui souloit estre de plus de cent escus est esgaré; les Masson, dud. St-Amour, se l'approprient la place; elle est sans recteur, sans revenu, sans prébendier et ornement, fors une pension de dix huit groz annuels pour une messe annuelle que les sieurs familiers y célèbrent annuellement le jour St Cosme et Damien.

La chappelle des Troys-Roys, qui est au premier pilier du costé de bize de lad. église, les Colombet, dud. lieu, s'y enterrent et la s'attribuent, il n'y a ny recteur ny revenu; messieurs les familiers y disent une messe toutes les dimenches, fondée par feu Gabriel Colombet, et une aultre messe qui se dict à chascun jour troysiesme d'apvril par lesd. familiers, pour tout lequel service leur est payé sept francs. Il n'y a aucuns ornements ny habits fors un tableau où sont peincts lesd. trois roys et au-dessus un St-Sébastien, et une nappe.

La chappelle St-Jean, qui est au second pilier dud. costé. Il n'y a aucun patron ny chapelier, ny revenu, ny ornemens, ny service, excepté une petite messe qui s'y célèbre à chascun jour de dimenche par lesd. sieurs familiers, fondée par feu Jean Colombet, pour laquelle leur est payé annuellement quatre livres de pension, qui leur sont paiez par les hoirs dud. Colombet; il y a deux images en bosse sur l'aultel, l'une de St Jean-Baptiste et l'aultre de St Jean l'Evangéliste. Il y avoit encore une aultre image en bosse de St Clair qui n'avoit point de teste et difformée, laquelle nous avons faict lever.

La chappelle St-Crespin et Crespinien au troiziesme pilier après le susd.; il n'y a aucun patron, ny prébendier, ny revenu, ny ornemens, hormis un calice d'argent et deux chandeliers de cuivre; les cordonniers de lad. ville y ont institué une confrérie jadis et dotée d'environ cent livres, desquelles ils paient annuellement neufz livres aux sieurs familiers, pour trois messes hebdomadales que le prieur de lad. confrérie leur faict dire. Le reste dud. revenu on ne sçait à quoi il s'emploie.

La chappelle St-Severin, St Pierre et St Paul, qui est au quattriesme pilier dud. costé, en laquelle il y a deux prébendes, de l'une desquelles est possédée par messire Jean Milliat, sociétaire, qui nous a exhibé sa provision, lequel est chargé, pour regard d'icele, d'une messe hebdomadale, pour le revenu annuel d'un escu, delaquelle prébende est présentateur Claude Chappuis, dict Chaumont; l'aultre prébende est possédée par messire Amour Teppe et les patrons sont ceux de la maison des Teppe.

La chappelle St-Sébastien, qui est au cinquiesme pilier dud. costé, il n'y a ny patron, ny prébendier, ny revenu, ny ornemens; il y a une confrérie de laquelle ceux qui en sont, baille à leur discrétion quelques aumosnes, lesquelles lesd. familiers se partagent pour quelque service qu'ils y font.

La chappelle St-Humbert, qui est au sisiesme pilier, en laquelle n'y a ny revenu, ny patron, ny prébendier, ny service, ny ornement.

La chappelle St-Eutrope qui est en bas de lad. église du costé de bize; elle est de la société, qui y célèbrent troys messes hebdomadales, pour lesquelles ils reçoivent douze livres de pension annuelle; il n'y a qu'une nappe et au-dessus les images Nostre-Dame de Pitié et de St Eutrope et encore de la Magdeleyne, et deux chandeliers.

La chappelle St-Claude, au-dessus de la susd., sans patron, revenu ny ornemens ny prébendier; les héritiers Pillet s'attribuent les places et sépultures d'icelle.

La chappelle des Unze mille Vierges, au-dessus de la susd., il s'y célèbre par lesd. familiers une basse messe tous les mercredy, pour laquelle ils reçoivent annuellement quatre livres; n'y a aultre revenu, ny prébendier, ny patron; messire Claude Chappuis, chirurgien, et honneste Nycolas Reydelet occupent la place des sépultures.

La chappelle St-Maxime, dud. costé de bize, située au-dessus de la précédente, en laquelle ny a aucun patron, ny prébendier, ny revenu; messire Jean Faug 12 y a ses sépultures qu'on dict luy avoir esté baillée par monsieur le comte de St-Amour 13.

 

La cure dud. St-Amour est à messieurs les chanoynes de St-Vincent de Mascon 14 , lesquels l'almodient, aux huict premiers sociétaires de lad. église, la somme de cent livres t., desquelles ils baillent, tous les ans, vingt livres au prédicateur qui presche le caresme aud. lieu, et lesd. huict sociétaires admodiateurs sont tous vicayres déservant l'église de Nanc dépendant de celle dud. St-Amour.

Le clocher de lad. église de St-Amour est tombé dès quelque temps et causa en tombant une notable ruine en icelle église, et maintenant se rebastit, la muraille d'icelluy estant desjà de l'aulteur de celle de lad. église. »

Annexe I: Les autres chapelles de l'église paroissiale de Saint-Amour vues par l'Archevêque de Lyon en 1613

<< Le mattin nous avons cé1ébré la ste messe en lad. église parrochiale St-Amour et confirmé le penple et visité les chappelles d'icelle nommément:

La chappelle Nostre-Dame de Pitié, appelée la chappelle Bochard15, de laquelle on tient estre patrons les Bochard, en laquelle il n'y a aucun prébendier particulier; il y a une commission d'une messe anniversaire pour le revenu de quattre francs annuels; il n'y a aultre revenu ny service, excepté une aultre commission d'une messe tous les moys pour le revenu de cinq florins; est déservie par vénérable messire Guion Véry; la vitre est rompue en plusieurs endroicts, il n'y a ny habits ny ornements.

La chappelle de l'Ecce homo, en laquelle l'image a les bras rompus, qui est de la collation des Fèvre et Tournelle 16; il n'y a ny revenu ny prébendier, la vitre est toute rompue et desplastrée en partie.

La chappelle St-Jean-Baptiste, de laquelle sont patrons les Gauthier dict Benoist, dud. St-Amour, le prébendier est messire Pierre Benoist, curé de Verissé, pour lequel déssert messire Jean Perricaut, lequel ne sçait quel service il s'y doibt faire, bien a t'il charge de dire en lad. chappelle troys messes par sepmaine, le revenu consiste en une rante portant laods et vents à Chaselles et lieux circonvoisins, en une hermiture qui soloit estre en vigne aud. Chaselles, en laquelle il y avoit plus de cinquante hommées de vigne, et en d'aultres vignes sizes au vignoble de St-Amour, lieu dict en Challes de laquelle on ne nous a pu dire le contenu et estime on le revenu de lad.chappelle estre de trente un quarante escus de valeur; le prébendier n'a exhibé ses provisions, causant son absence, la vitre est toute rompue.

La chappelle des Collonz17, soubz le vocable de Nostre-Dame, sans patron, ny prébendier, y revenu, toute despavée, la vitre rompue en plusieurs endroicts, les images gastées et rompues et fort difformes.

La chappelle St-Eustacbe, qui est toute ruinée et descouverte, causant la chute du clocher, de laquelle est patron messire Guyon Very 18 , prebstre et sociétaire dud. St-Amour, le recteur d'icelle est Christofle Favier, clerc, le service est de deux messes hebdomadales, qui sont déservies par led. sieur Very ; le revenu consiste en une vigne située aud. St-Amour, lieu appelé aux Envercys 19, contenant huict ouvrées, en une aultre vigne size aud. vignoble de Nanc, appelé en Falcan, contenant seize ouvrées, en un pré sis en la prairie de Villeneufve20 , contenant quattre charrées de foin, et en un chenevier appelé en Rentru 21, situé aud. St-Amour, contenant une mesure comble de semaille; item, en un pré assis aud. St-Amour, dit en Maly 22, contenant la place de deux charrées de foin, en une aultre pré aud. lieu situé, appelé en Chant Guiot 23, contenant deux charrées de foin ; item consiste en une rente qui a esté aliénée avec les deux pièces de pré cy dessus mentionnées. Led. Favier nous a exhibé ses provisions, non ses lettres de cléricateure, disant les avoir perdu.

La chappelle Ste-Anne, érigée de nouveau par honneste Pierre des Glans 24 et Nycolas des Glans, frères, sans permission et dotation.>>

Annexe II: La chapelle de Saint-Sulpice en 1613

<< Observations. Lad église de Condal est proche et très voisine de l'église de Sainct-Sulpis, en distance d'un quart de lieue, laquelle nous n'avons pu visiter, causant la nécessité que nous avions de passer outre. Lad. église de St-Sulpis est de peu de revenu, n'ayant que cinq on six feux qui en dépendent, qu'est l'occasion que il n'y a moien d'y faire résider un curé ou aultre prebstre lesmes que messire Jean Bernard, prebstre de Nanc, au comté de Bourgogne, qui en est curé, n'y réside point, n'y faict que peu le service, tant à cause du peu de revenu que pour ce que les habitans n'ont eu moyen de bastir une maison de cure, laquelle a esté ruinée durant les guerres et partant nous a esté proposé l'unir à lad. église de Condal 25.>>

Annexe III: L'Hermitage, la chapelle d'Allonal et l'Hôtel-Dieu à Saint-Amour

<< Le mattin dud. jour nous sommes montez en l'Hermitage basty en la montagne du costé du levant dud. St Amour, nommée la Roche 29 sur Allonal, en laquelle est hermite; avons icelluy visité, son église et cellule, qui est bien et décemment tenue.

De là sommes venus en la chappelle St-Denys construicte au village d'Allonal, en laquelle ne manque aucune réparation, décemment ornée. Il n'y a patron, revenu, ni recteur, ny service, excepté quelques messes que les familiers dud. St- Amour y viennent dire quelques jours de la sepmaine par dévotion en icelle.

Au party dud. village d'Allonal nous sommes retournez aud. St-Amour et transmarchez en l'Hostel-Dieu dud.lieu, où il y a une chappelle au bout de la salle basse, close et séparée avec des barrières de boys, mal ornée et tenue. En lad. salle basse il y a six licts, couverts chacun d'une couverte de layne, sans coitre ny linceux, et remplis de paille pour les pauvres pélerins, n'ayant aucuns pauvres en iceluy. Nous avons demandé s'il y auroit point de chambre aud. Hostel-Dieu pour les malades, aultre que lad. salle, et l'hospitalier nous a respondu que non.

Et de là sommes rentrez dans lad. ville, où nous avons encores confirmé grand nombre de peuple estant enlad. église et communié partie d'iceluy, jusques sur les neufz heures. Puis après avons enjoinct aux recteurs dud. Hostel-Dieu faire faire une chambre pour retirer à part les malades. Lesd. sociétaires feront inventaire de tous les terriers, tiltres et documents du revenu de leur société, à ce appelé nostre promoteur, lequel inventaire il nous rapportera dans six moys prochains. Et sur la réquisition qu'ils ont faicte de les règler sur les services dont ils sont grandement chargez pour peu de revenu et d'unir à leur familiarité les chappelles qui se trouveront sans patron et recteur, nous ordonnons que lesd. familiers nous donneront dans trois mois ou plustost, à leur choix, par déclaration, lesd. chappelles, le revenu et service dont elles sont chargées, à raison de leur familiarité, et le revenu qu'ils en tirent, pour le tout considéré, leur estre pourveu le plus charitablement que faire se pourra à la descharge de leur conscience.

Il est ordonné à Christofle Favier, clerc tonsuré dud. St-Amour, de revendiquer et faire réunir les fonds et revenus aliénez de la chappel1e St-Eustache fondée en lad. église de St-Amour, de laquelle il est recteur, et fera mettre icelle en deue réparation en ce qui le concerne, dans un an. Il est en outre ce ordonné aux sociétaires de la susd. église qui n'ont faict apparoir de leur lettres d'ordre et d'approbation en ceste nostre visite, nous en faire apparoir, à peyne de suspension, dans six seprnaines, enjoignant à nostre archiprebstre d'y tenir la main et de nous en donner advis. Lesd. lettres d'ordre et d'approbation nous ont esté exhibées par messire Jean Perricault, Amour Teppe, Jean Vagneau et Claude de Boys.

Lesd. sociétaires donneront déclaration de leur revenu, inventaire de leur argenterie, des ornemens et ornements d'aultel et aultres meubles de leur société, ne laisseront édifier ancun aultel ou chappelle ny confrairie en leur église pour quelque prétexte que ce soit sans nostre consentement et permission. Lesd. sociétalres ny aultres prebstres de leur église ne s'ingéreront à ouir les confessions sans nostre approbation. S'il arrive quelque contravention à ceste nostre ordonnance le sieur docteur Colombet, prieur de Vobles et l'un desd. familiers est admonesté en advertir 26.>>

 



Vue de l'Hermitage d'après un plan de 1611


 

La Chapelle d'Allonal

 

Plan des Chappelles de l'église de Saint-Amour et leurs attributions en 1690

1 - Chappelle de St Crépin des cordonniers remise au Sieur Bouchard

2 - Chappelle de l'Ecce Homo aux Langres

3 - Chappelle de Ste Barbe, ancienne familiarité aux Carry

4 - Chappelle de St Jean Baptiste au Sieur Avocat Colombet

5 - Chappelle N.D. de Pitié des héritiers Jehan Don de Hautecourt et Valfin

6 - Chappelle de St Claude des Curnillon libre

7 - Chappelle de St François-Xavier promise à la fois aux Vieux et Rémond

8 - Chappelle de St Thomas remise au Sieur Gaillard

9 - Autel de Ste Anne aux Déglans de Cessia

10 - Autel de N.D. de Bon Secours

11 - Chappelle de N.D. du Rosaire plus tard Chappelle des Comtes

 

A - Bénitiers

B - Fonts Baptismaux

C - Chaire du prédicateur

D - Place des orgues

P - Porte donnant sur le cimetière


Plan des anciennes tombes dans l'église
Tibériade de l'Eglise de Saint-Amour

Réparation du clocher de Saint-Amour le 12 juillet 170727

Suivant acte signifié par les notaires Desachins et Guy Coste en date des 11 et 13 courants.

Attribué à honnête Humbert Soyriat de Saint-Amour, Maître Charpentier à la condition de Philippe Soyriat son frère avec l'accord de:

Réparation du clocher de Saint-Amour en 1992 28

Le lundi 16 novembre 1992 commence la restauration du clocher. Dés l'aube, 7h30 à cette époque, jusqu'à la nuit 18h30, trois hommes, de véritables acrobates, aux prises de dangereuses difficultés, sous la pluie incessante et le froid déploient leur force et leur courage pour installer un périlleux échafaudage.

Le lundi 23, ils finissent après d'inombrables difficultés à atteindre la base du petit clocher.

Lundi 4 janvier: ils sont revenus par un froid glacial. gros comme des pigeons, ils sont présents tous les jours sauf le dimanche

Vendredi 15 janvier 1993: le clocheton (sous la croix) commence à recevoir sa calotte de zinc. Leur métier « tuiletier ».

18 février 1993. Tout est terminé. Trois mois de dur labeur. Notre magnifique clocher comtois se dresse à nouveau.

Juillet 1993: installation de lignes électriques souterraines depuis le Champ de Foire.

Et, pour conclure:

<< Les cloches sont la publicité de Dieu >>


LISTE DES DERNIERS CURES DE SAINT AMOUR

Pierre Marie Perret  (date de la nomination : 1 Mars 1832)
Joseph Marie Amable Lacroix (15 Août 1871)
Eugène Elie Bouiller (1877)
Marie Henri Xavier Guichard (20 Septembre 1887)
Pierre Auguste Joseph Gindre (10 Septembre 1892)
Jean Victor Emile Guy (20 Octobre 1911)
Charles Aimé Bailly-Comte (2 Juillet 1931)
Pierre Joseph Guy (6 Octobre 1938)
Louis Fraignier
Norbert Meynet
Bernard Ravoyard (5 Octobre 1969 15 Juillet 1976)
André Bailly-Basin
Roland Vacelet (15 Juillet 1977)
André Bailly-Basin
René Daubigney (15 Juillet 1980)
Roland Gréa
Jean-Claude Crut (15 Juillet 1992)
Philippe Adellon (14 Juillet 1997)
Hubert Bailly
René Daubigney

NOTES
  1. Procès verbal de la visite générale du diocèse de Lyon faite par Illustrissime et Révérendissime Père en Dieu, Messire Denys Simon de Marquemont, Archevesque, Comte dudict Lyon, Primat de France, Conseiller du Roy en ses conseilz d'Estat, commencée le treziesme juing mil six centz treize. Accompagné de vénérable messire François du Soleil, docteur en droit, conseiller du Roy en la séneschaucée et siège présidial de Lyon, custode de l'esglise Saincte-Croix et nostre official ordinaire et métropolitain et de vénérable messire Jean Faure, prebstre, chevalier de nostre église de Lyon et procureur général de nostre archevesché, et encore accompagné de révérend père Louys Michaelis, prebstre, docteur en saincte théologie, de la compagnie de Jésus et appelé avec nous pour nostre greffier et scribe, Gabriel Basset, notaire apostolique. Denys Simon de Marquemont négocia à Rome pour Henri IV lors de son mariage avec Marie de Médicis. Il fut président de l'Ordre du Clergé aux Etats généraux de 1614. Il devait être nommé Cardinal en 1626 l'année de sa mort à 54 ans.
  2. led. pour ledit, lad. pour ladite
  3. L'église des Révérends Pères Augustins était située en bas de la rue de Bresse sur la gauche en descendant avant la porte de Bresse. La première porte de Bresse, plus ancienne, étant située au-niveau de la Rue des Terreaux.
  4. La veille, l'archevêque avait visité les Chappelles extérieures à savoir la Chappelle Nostre-Dame de Pitié encore appelée la Chappelle Bochard, la Chappelle des Collonz, la Chappelle St-Eustache et la Chappelle Ste Anne érigée par honneste Pierre des Glans et Nycolas de Glans, frères et qui est aujourd'hui l'autel Sainte Anne.
  5. Le 15 Février 1767, Benoît Joseph Cancalon, prêtre chanoine, en hérite du Sieur Claude Marie Conche son oncle. Archives Départementales du Jura. Maître JC Carron, notaire royal.
  6. prébende: titre attaché à un revenu ecclesiastique.
  7. Les vignes de Cessia et de Saint-Jean d'Etreux étaient déjà célèbres. La nièce de Lamartine en possédait à Cessia ainsi que beaucoup d'agriculteurs de la région de Domsure et Beaupont. Saint-Jean d'Etreux s'appelait autrefois Saint-Jean des Treuils car il y avait des pressoirs.
  8. chènevière: terrain où l'on cultive le chanvre.
  9. Familiers: prêtres chargés de l'exécution des offices et recrutés dans la cité.
  10. héritiers.
  11. Philibert Colombet, prêtre, Docteur en droit Canon, Official de l'Archevêché de Lyon, Prieur de Vobles, fils de Michel Colombet et de Louise Cachod. Issu d'une famille très ancienne et célèbre à Saint-Amour qui a donné son nom aux Granges Colombet. Les Cachod étaient Seigneurs de Martigna.
  12. Jean Faug, notaire royal à Saint-Amour, de 1589 à 1633, marié à Claudine Colombet.
  13. Il s'agit de la Chappelle N.D du Rosaire qui appartenait aux Seigneurs de Saint-Amour et où ils avaient leurs tombeaux. Elle possède une magnifique voûte du XVe siècle.
  14. L'Archevêque de Lyon avait été accueilli dans la ville de St-Amour par les « révérendes et vénérables personnes: messire Gratian Bernard, Philibert Alene et Aymé de Meaux, prebstres et chanoynes de St-Vincent de Mascon, représentants tout le corps dud. chappitre St-Vincent, duquel dépend lad. cure de St-Amour, accompagnez des vénérables sociétaires dud. lieu, messires Jean et Anthoine Pérricaut, nostre promoteur au comté de Bourgogne, Claude Colombet, Philibert Colombet, Amour Teppe, Jean Vagneau, Guion Véry, Jean Muliat, Claude de Boys, Loys Brunier et Aymé Masson, avec la croix et paille, lesquels nous ont conduit processionnellement jusques en lad. église parrochialle de St-Amour, chantans l'antène Sacerdos et Pontifex et le cantique Benedicite omnia opera Domini Domino. Arrivé en lad. église avons faict noz prières au devant le grand aultel, avons trouvé le très St-Sacrement sus led. grand aultel en une custode de cuyvre dorée, en laquelle y a un cristal, et en un ciboyre d'argent en figure de couppe et après avoir faict chanter Tantum ergo, avons baillé la bénédition au peuple et, causant la nuict et heure tarde, nous sommes retirez en nostre logis qu'on nous a préparé au chasteau de lad. ville. »
  15. Bouchard
  16. Vialet de la Tournelle
  17. Les fameux Collod de Chantemerle
  18. 14 Mai 1789 Prise de possession de cette Chappelle pr le Sieur Pierre François Renaud, clerc tonsuré du Diocèse de Saint-Claude, demeurant à Saint-Amour. Archives Départementales du Jura.4E10508
  19. Enversys
  20. Villeneuve était, avant la Révolution, un hameau de Saint-Amour, qui fut érigé en commune en 1790 puis rattaché à Domsure en l'an III.
  21. En Rentreux
  22. Mailly
  23. Champ Diot
  24. Dégland
  25. Saint-Sulpice, paroisse unie à Condal par décret du 13 Octobre 1809.
  26. Denis-Simon de Marquemont, archevêque de Lyon, 1612-1626, était le fils de Denis de Marquemont, conseiller secrétaire du roi, et de Marie Rouillard. Il fut nommé à l'archevêché de Lyon par Louis XIII le 5 Novembre 1612, et prit possession de ce siège le 9 Mars 1613. Le Pape Urbain VIII le nomma cardinal prêtre au titre de la Trinité des Monts, le 19 janvier 1616. A la suite de cette nomination, il se rendit à Rome et y mourut le 16 novembre de la même année, à l'âge de 54 ans. C'était un grand ami de Saint-François de Sales et on sait qu'il lui fit modifier son plan primitif dans l'institution de la Visitation. C'est par une ordonnance prise à Saint-Amour qu'il créa la paroisse des Rousses ( cf Histoire de l'Abbaye de Saint-Claude de Don Benoit - 1892 - Tome II - Page 451). Le frère de Richelieu, Alphonse-Louis du Plessis, cardinal de Richelieu, primat des Gaules, 1628-1653, fut un de ses successeurs.
  27. Archives départementales de l'Ain. Maître André Durand. 17 Juillet 1707.
  28. D'après le récit de madame Arnaud de Saint-Amour.
  29. La roche de l'hermitage était appelée anciennement de Chatel (réf E115 p 14 ADJ Terrier de la famille de Branges).


Accueilhistoire locale | généalogie / noms de lieux / biographies / journaux / nobles / œuvres / stéphanie / quilles / marché / guerre / domsure /nanc / valentine / graveleuse / coligny / gare / souget / philibert / bourgeois / notaires / erreurs / château