LA RUE SAINTE MARIE

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________


La rue Sainte Marie dans les années 1900

Un monastère de la Visitation de Sainte Marie fut établi à Saint-Amour en 1633 par dame Jehanne de Seyturier, veuve de noble Philibert de la Bévière1, ecuyer, seigneur de Dananche à charge de faire recevoir audit monastère comme religieuses trois demoiselles de Seyturier ses nièces.

C'était le plus beau Monastère de la province. On y voyait une belle église, dont l'architecture extérieure était d'ordre dorique.  Elle était ornée par des marbres dont étaient composés les trois autels et par des dorures. La décoration du grand autel était riche et du meilleur goût. Les habits sacerdotaux des prêtres étaient d'une grande magnificence.

Cette église a été détruite pour ouvrir la rue Sainte Marie sous la Révolution. On la situerait actuellement en plein milieu de la rue, au niveau de la Pharmacie du Revermont. Pour la même raison, il a fallu détruire une partie des bâtiments. On peut se rendre compte de son importance par le plan ci-dessous:


Plan géométrique du Couvent de la Visitation

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________

NOTES


  1. En 1629, Philibert de la Beyvière, seigneur de ce lieu (situé près de Craz-sur-Reyssouze) et de Dananche, mourut sans postérité, le dernier de sa race, et légua tous ses biens à sa femme Jeanne, fille de Louis de Seyturier, seigneur de la Verjonnière et de Serrières.
  2. La fontaine de la Rue Sainte Marie n'est pas à son emplacement d'origine.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Accueil